Dr Céline BERCION / Naturopathe, coach et praticienne en médecines complémentaires

36 avenue Roger Cohé, 33600 Pessac
 
06 22 75 87 93

Et si vous souffriez d'une acidose ? Les clés pour comprendre et y remédier

19 Déc 2022 NeoSoi - Céline BERCION Naturopathie

40 vues

Vous souffrez peut-être de l'un de ces symptômes 

Vous êtes fatigué dès le matin ? Vous avez des kilos en trop impossibles à perdre ? Vos cheveux sont cassants  ? Vous avez des brûlures d'estomac ? Vous souffrez de douleurs articulaires chroniques ? Vous avez régulièrement des tendinites et des crampes ? Vous connaissez de nombreux épisodes de palpitations musculaires ? Vous êtes frileuse avec les extrémités souvent froides ? Vous avez tendance à vous jeter sur le sucre en cas de stress ? Vous avez des dysfonctions neuro-psy ? Vous toussez le matin ou avez un encombrement ORL chronique ? 

Si tel est le cas, il est fort possible que votre équilibre acido-basique y soit pour beaucoup et que vous soyez victime d'une acidose métabolique et tissulaire. Regardons cela de plus près.

Nota : Les manifestations de l'acidose sont très variables, et cette liste est loin d'être exhaustive.

Une acidose métabolique et tissulaire : kezaco ?

L'équilibre acido-basique est l'une des fonctions essentielles de l'organisme. Le pH, ou potentiel hydrogène, est la mesure de l'acidité ou de la basicité d'une solution. Cette mesure représente la concentration des ions H+ dans une solution. Plus une substance contient d'ions H+ , plus elle est acide. 

Dans notre corps, nous avons plusieurs "zones" où le pH varie. Par exemple, le sang (plasma sanguin) a ses propres régulations du pH et ce dernier doit être inférieur à 7 et supérieur à 7,8. En dessous de 7, nous mourrons. Au-dessus de 7,8, nous mourrons également. Les sucs gastriques ont également leur propre pH (compris entre 0,8 et 3) ; de même pour la flore vaginale qui a son propre pH (entre 3.8 et 4.5) pour ne citer que ces quelques exemples. Dans cet article, nous allons nous intéresser au pH métabolique et aux conséquences d'une acidose métabolique pour la santé. 

L'acidose métabolique est un état dans lequel le terrain, c'est-à-dire le milieu dans lequel baignent les cellules, est excessivement acide. La concentration anormale de composés acides dans notre organisme amène ce que l'on appelle l'acidose métabolique. Cet état va altérer le fonctionnement de votre corps et conduire à de nombreux déséquilibres et symptômes comme ceux évoqués en introduction. 

Concrètement, l'acidose métabolique est une diminution primitive de bicarbonate (HCO3-), généralement associée à une diminution compensatoire de la pression partielle de dioxyde de carbone (Pco2). Cette acidose métabolique est dûe à l'accumulation d'acide, qui est elle-même due à  : 

- l'augmentation de la production ou de l'ingestion de substances trop acides (nourriture typique du régime occidental très chargé en viande et en sucre, voire de la mal-bouffe)

- la diminution de l'excrétion d'acides 

- aux pertes digestives ou rénales d'HCO3-. 

Autrement dit, l'acidose métabolique est liée à une alimentation qui fait entrer trop d'acides dans l'organisme et qui peine à les éliminer (notamment via les poumons sous forme de CO2 et via les reins / le foie avec élimination du H+ et une régénération du HCO3-). Lorsque la somme des acides dépasse les capacités de l'organisme à les traiter, celui-ci ne parvient plus à maintenir le pH tissulaire dans la plage normale. C'est alors l'acidose tissulaire qui s'installe avec tous les désagréments de santé qui vont en découler.

 

Les causes de la présence de ces acides sont multiples. On compte parmi elles :

- l'alimentation avec trop souvent un excès d'aliments acidifiants comme la viande, le fromage, les féculents, les yaourts, etc.,

- les carences en micronutriments,

- la sous-oxygénation des tissus,

- une faiblesse au niveau des capacités d'élimination via les reins, poumons, foie, peau, etc.,

- le stress et le surmenage, le manque de sommeil,

- le sport intensif, 

- un sédentarité et un manque d'exercice,

- un déséquilibre digestif, 

- un dysfonctionnement mitochondrial,

- etc.

Serait-cela que nous appelons "l'évolution" ? Nous avons toujours les mêmes gênes, mais plus les mêmes repas, ni le même mode de vie. Ce désajustement fait ainsi le lit de l'acidose métabolique latente qui se manifeste alors sous différents symptômes, comme ceux que nous avons vus au tout début de l'article. (inflammation, douleurs, etc.). 

Lorsque tout fonctionne bien, les acides sont neutralisés et métabolisés par de nombreuses voies physiologiques.

A l'état pathologique, lorsque le corps est en acidose chronique, cette neutralisation des acides ne peut plus se faire via les voies physiologiques ; cette neutralisation va alors se faire par des bases prélevées dans les tissus, notamment les tissus osseux (d'où des problématiques d'ostéoporose par exemple). En conséquence de quoi, un excès d'aliments acidifiants aura un effet fortement déminéralisant. CQFD

Qu'est-ce qu'on mange alors pour récupérer son équilibre acido-basique ?

"Que ton aliment soit ton médicament", Hippocrate

La seule et unique manière de contre-balancer les aliments acides (en rouge sur le schéma), c'est de manger des légumes (ici en vert sur le schéma). C'est d'une simplicité enfantine. 

Regardons cela de plus près avec le schéma de l'indice PRAL des aliments : 

Lorsque le PRAL est inférieur à 0 mEq/100G, on dit que les aliments sont basifiants. A l'inverse, lorsque le PRAL est supérieur à 0 mEq/100g, on dit que les aliments sont acidifiants. Concrètement, si je fais un petit déjeuner avec du pain (acidifiant - en rouge sur le schéma), du beurre (acidifiant - en rouge sur le schéma), de la confiture (acidifiant ++++ - en rouge sur le schéma), du café (acidifiant - en rouge sur le schéma) et un verre de jus d'orange (acidifiant +++++ - en rouge sur le schéma) ; puis un déjeuner avec un friand au fromage (acidifiant - en rouge sur le schéma), un poisson (acidifiant - en rouge sur le schéma) et des pommes de terres (acidifiant - en rouge sur le schéma) et un petit yaourt en dessert (acidifiant - en rouge sur le schéma) ; pour finir par un apéro le soir (acidifiant - en rouge sur le schéma) assorti de cacahuètes (acidifiant - en rouge sur le schéma), et une petite fondue avec du bon fromage bio (acidifiant - en rouge sur le schéma-, même s'il est bio) ... Vous comprenez le carnage pour le corps ?

En volume et en poids, la quantité de légumes présents dans votre assiette à chaque repasdoit être équivalente au poids des aliments (ici représentés en rouge) présents dans votre assiette.

Si vous intégrez cette donnée fondamentale, vous prévenez l'acidose métabolique ainsi que l'acidose tissulaire et ainsi potentiellement de nombreux troubles de santé. Vous prévenez l'accumulation de dépôts, vous prévenez un potentiel ralentissement enzymatique et surtout un fort risque de déminéralisation (vos articulations vous remercieront) ; vous prévenez également les phénomènes inflammatoires qui engendrent une irritation des tissus (organes), une agression des muqueuses (notamment digestives) et une déficience immunitaire (notamment un risque infectieux chronique). Vous prévenez également de nombreux dysfonctionnements enzymatiques : la capacité des enzymes à accomplir leurs tâches étant fortement conditionnée par le pH, l'acidose perturbe donc l'activité enzymatique et les différentes fonctions biochimiques associées. Comme on peut le constater, la balance bénéfices-risques est d'une prodigieuse clarté. 

Les clés pour être et rester en bonne santé

Les moyens de lutter contre l'acidose sont nombreux et la qualité de l'équilibre alimentaire est primordiale.  Nous venons de voir que les légumes sont alcalinisants (car très riches en minéraux alcalins) et préviennent ainsi l'acidose. 

D'autres actions de prévention sont à mettre en place pour prévenir l'acidose : 

- faire une activité physique régulière afin d'optimiser le niveau de l'oxygénation des cellules pour éviter l'accumulation d'acides.

- stimuler la sudation via le sauna, notamment, afin de booster la libération des acides. 

- s'exercer à des techniques respiratoires pour évacuer les acides volatiles ; le top serait de les faire en milieu naturel, au grand air. 

- s'aménager des temps de repos du corps et de l'esprit afin de réduire la production d'acides en grandes quantités.

- accueillir ses émotions et gérer son stress (et notamment la production de cortisol qui, si elle est chronique, est très acidifiante pour l'organisme). Faîtes-vous accompagner si besoin par un.e professionnel spécialisé.e en santé intégrative. 

- prendre conscience de ses faiblesses métaboliques avec un.e professionnel.le de santé naturelle qui saura vous accompagner dans la mise en oeuvre d'une démarche préventive de votre santé. 

- prendre des compléments alimentaires si besoin et sur conseil individualisé d'un.e professionnel.e de santé naturelle spécialisé.e en micronutrition. 

 

L’équilibre acido-basique est un excellent témoin de notre état de santé. C’est un « marqueur » de prévention ou d’amélioration des maladies. Toute perturbation prolongée va entraîner l’apparition d’un état inflammatoire diffus, s’étendant à bas bruit, point de départ de toutes les pathologies futures.

Maintenir  son équilibre acido-basique c'est ainsi garantir notre capital santé. C'est une pratique à la portée de tous, à condition de se recentrer sur un mode de vie plus naturel et moins sophistiqué. Demain nous appartient. 

 

Eveille-toi à ta santé et à ton soleil intérieur

Céline 

 

 

https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-hormonaux-et-m%C3%A9taboliques/%C3%A9quilibre-acidobasique/acidose

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17936961/acidose metabolique

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31598912/acidose rein

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31598912/doliprane

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=acidose-causes-symptomes-traitements

NeoSoi - Céline BERCION

36 avenue Roger Cohé
33600 Pessac


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Envoyé !

Derniers articles

Les 7 signes d'une mauvaise santé intestinale

Et si vous souffriez d'une acidose ? Les clés pour comprendre et y remédier

En finir avec le syndrome prémenstruel

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.