Dr Céline BERCION / Naturopathe, coach et praticienne en médecines complémentaires

36 avenue Roger Cohé, 33600 Pessac
 
06 22 75 87 93

Améliorer les troubles de l'attention TDA / TDAH grâce à la naturopathie

15 Mar 2023 NeoSoi - Céline BERCION Naturopathie

20 vues

Entre 3% et 4%, c'est le pourcentage des adultes atteints d'un TDA / TDAH en France. On en connaît / côtoie tous au moins un, que ce soit dans la famille, les amis ou au travail. 

TDAH signifie “Trouble du Déficit de l'Attention avec ou sans Hyperactivité”.

Cet acronyme désigne un trouble du neurodéveloppement qui associe différents symptômes. Ce trouble chronique se caractérise par des symptômes développementaux inappropriés d’inattention et/ou d’hyperactivité motrice / impulsivité qui entraînent des difficultés dans de nombreux aspects de la vie.

Voici quelques exemples quotidiens des difficultés que peuvent connaître les personnes ayant un TDAH : oublier de payer ses factures, avoir du mal à répondre en temps et en heure aux mails professionnels, laisser périr la nourriture dans le frigo, faire des achats impulsifs, se créer sans arrêts de nouveaux hobbies, ressentir beaucoup d'émotions très très intenses, être hyper focus sur des choses sans importance jusque tard le soir, commencer les choses à la dernière minute, perdre régulièrement ses affaires (d'où, pour compenser, le développement de certains TOC), ranger ses lunettes dans le frigo et passer des heures à les chercher, etc. 

Le TDA / TDAH est généralement diagnostiqué dans l’enfance, mais il arrive également que le diagnostic ne soit posé qu’à l’âge adulte. 

Dans cet article, je vous dis comment améliorer, voire endiguer, les symptômes liés au TDA / TDAH grâce à la naturopathie, au coaching intégratif et à la pratique des médecines complémentaires. 

TDA et TDAH : des dissidences croissantes au sein même du corps médical

Même si certains pédopsychiatres et psychiatres réfutent la validité du diagnostic, le nombre de personnes diagnostiquées dans le monde et en France ne cesse de croître depuis une trentaine d'années. Dans la grande majorité des cas, le traitement proposé par la médecine occidentale est basé sur la prise d'amphétamine, un puissant psychostimulant. Ce type de traitement, notamment sur les enfants les plus jeunes, n'est pas sans effets secondaires sur l'organisme, loin s'en faut. Il existe de nombreux effets iatrogènes liés à la prise de Ritaline, dont les plus courants sont les suivants : troubles de la croissance, baisse de la joie de vivre, apparitions de TIC et de TOC, perturbations majeures du sommeil, etc. 

Aujourd'hui, de plus en plus de médecins, comme le Dr Patrick LANDMAN, dénoncent cette culture systématique du médicament. Dans son ouvrage "Tous hyperactifs", le Dr LANDMAN fustige cette pratique médicale et fait l'apologie des pistes d'actions alternatives à la prise d'amphétamines. De par son expérience et avec des preuves scientifiques à l'appui, il fait même l'apologie des pratiques complémentaires voire alternatives qui ont fait leur preuve. Si on ne choisit pas d'être TDA / TDAH, on peut en revanche endiguer les symptômes qui font ombrage à la vie. 

Aujourd'hui, des médecins montrent qu'il est même possible de se sevrer de la Ritaline pour passer ensuite à une alternative plus naturelle. De nombreux témoignages de personnes attestent que c'est tout à fait possible. Les pistes d'actions reposent majoritairement sur 3 piliers :

- sur un rééquilibrage profond de l'alimentation,

- sur la réorganisation pleine et entière du mode de vie, 

- sur une rééducation psychocomportementale et émotionnelle majeure. 

Une grande variété de symptômes avec des répercussions sur le long terme

Les symptômes du TDAH ont de nombreuses répercussions sur la vie quotidienne. A l'âge adulte, ils peuvent même gêner à plus ou moins grande échelle le développement professionnel, personnel voire amoureux.

Plus concrètement, le TDAH peut entraîner des difficultés dans la gestion des tâches, dans les interactions sociales ou encore des difficultés dans la gestion des troubles de l’humeur. À terme, le TDAH peut aussi amener des répercussions sur l’estime de soi et engendrer de nouveaux troubles psychologiques. Les disputes et le sentiment d'échec sont particulièrement récurrents dans les expériences des personnes TDA / TDAH. C'est une spirale infernale que de nombreuses personnes connaissent. L'estime de soi, c'est la valeur que l'on se donne. C'est un puissant pilier pour s'adosser sereinement à la vie. Notre estime de soi se construit dès la naissance et se façonne au fil de nos expériences de vie. Quand une personne a un TDAH, elle reçoit en moyenne huit fois plus de remarques négatives liées à sa personne que les personnes qui n'ont pas de TDAH. Cela à très souvent un impact négatif sur l'estime de la personne puisque cela s'égraine au fil de tout son chemin de vie ; ce phénomène est exacerbé lorsque la personne n'a même pas conscience de son manque d'estime et est convaincue d'être nulle voie, pire, inutile.

Pour aller plus loin, il est par ailleurs fréquent que les personnes ayant un TDAH souffrent de DSR - Dysphorie Sensible au Rejet -. Ce ressenti n’est pas pas encore reconnu par les médecins comme une pathologie officielle ; pour autant, c'est un véritable moyen de décrire une émotion négative envahissante face au rejet et à la critique. Le rejet n’a pas besoin d’être réel ou concret pour causer cette réaction. Beaucoup de personnes ayant une DSR ont tendance à se sentir rejetées même quand ce n’est pas dans l’intention de leur interlocuteur. Apprendre à mieux se connaître, c'est avant tout s'aider à accepter ses modes de fonctionnements et apprendre à s'aimer. 
 

Si l'on regarde les étapes-clés dans la biographie des personnes atteintes d'un TDAH, ces difficultés s'accentuent généralement lorsque la personne avance dans son cursus scolaire. En effet, le cursus scolaire post-bac demande une charge de travail plus importante, une plus grande autonomie et une bonne gestion de son emploi du temps. Tout à coup, se sentant dépassés par les événements, certaines personnes peuvent être amenées à abréger leur scolarité à cause des conséquences de ce trouble. 

 

Les grands symptômes classiques du TDA / TDAH sont les suivants : 

- difficultés à maintenir l'attention ; la personne peut se sentir  happée par une pensée ; elle peut également se sentir incapable de sortir de la pensée qui vient d'arriver dans sa tête et va couper la parole pour en témoigner. L'inattention désigne une difficulté importante à maintenir l'attention sur des tâches qui n'apportent pas un niveau élevé de stimulation ou des récompenses fréquentes, une distractibilité et des problèmes d'organisation.

- difficultés à contrôler l'impulsivité et à moduler le besoin de bouger. L'hyperactivité fait référence à une activité motrice excessive et des difficultés à demeurer immobile. L'impulsivité est une tendance à agir en réponse à des stimuli immédiats, sans réflexion ni prise en compte des risques et des conséquences.

Les symptômes apparaissent durant l'enfance et persistent généralement à l'âge adulte. Ces manifestations s'accompagnent fréquemment de problèmes émotionnels et comportementaux. Même si le trouble de l'attention est moins visible à l'âge adulte, il provoque encore de nombreux désagréments dans la vie quotidienne. Les difficultés d'organisation, de planification et de gestion se retrouvent au premier plan et leurs conséquences s'aggravent avec les responsabilités grandissantes. La distraction liée au TDA / TDAH va se manifester par des rendez-vous manqués, des pertes de documents et des oublis fréquents. Bien entendu, les symptômes à l'âge adulte sont fortement influencés par le vécu, les échecs, les réussites et l'environnement personnel et professionnel. Autrement dit, la manifestation des symptômes va varier d'un individu à l'autre et changer au cours de son développement / de ses expériences.  

A noter une différence dans la manifestation du TDA / TDAH à l'âge adulte entre les hommes et les femmes. Les femmes auront tendance à présenter des troubles internalisés (dépression, anxiété, troubles alimentaires, etc.) tandis que les hommes auront tendance à présenter des troubles externalisés (addictions, troubles du comportement, etc.). Néanmoins, soyons clairs et évitons les caricatures : avoir un TDAH ce n’est pas être hyperactif ou dans la lune, c’est une condition médicale reconnue. Une étude publiée dans The Lancet Psychiatry en 2015 a d'ailleurs révélé que les personnes atteintes de TDAH présentaient un risque de mortalité deux fois plus élevé que celles sans TDAH. L’étude a également révélé que les principales causes de décès prématuré chez les personnes atteintes de TDAH étaient les accidents, le suicide et la toxicomanie. Il est donc malheureusement classique de voir coexister d'autres pathologies avec le TDAH et compliquer son diagnostic et son traitement : anxiété, bipolarité, dépression, toxicomanie, troubles de l’apprentissage ou de la personnalité bordeline, etc.

Les solutions naturelles

Se connaitre et savoir cibler ses forces et ses faiblesses lorsqu'une personnes est atteinte d'un TDA / TDAH est un point essentiel dans l'accompagnement d'une personne ayant ce profil. En coaching, il est essentiel de nommer les particularités, de faire émerger la conscience de soi, de ses émotions, de ses motivations ou encore de ses valeurs. Lorsque toutes axes sont travaillés et intégrés, la vie est plus pacifiée et la montagne semble plus simple à gravir. Prendre conscience de qui l'on est vraiment quand une personnes ayant un TDA / TDAH constitue une condition sine qua non à sa propre évolution. Que l'on ait un TDAH ou pas, le moteur principal reste toujours soi-même. La médication et les traitements au naturel ne sont que des aides pour canaliser les symptômes et permettre de reprendre avec sincérité le contrôle de sa vie. Etre atteint d'un TDA / TDAH n’est pas une excuse mais une explication qui permet de trouver des solutions pour avancer et vivre sa vie.


En complément du suivi médicalisé - s'il est instauré -, l'accompagnement holistique des personnes ayant un TDA / TDAH nécessite la mise en place d'un vrai soutien psycho émotionnel ainsi qu’une profonde réforme alimentaire. Accompagner une personne TDA / TDAH de façon pérenne, respectueuse et efficace, c'est avant tout réfléchir et travailler selon une approche globale et intégrée : comprendre et faire comprendre à la personne concernée les liens qui existent entre l’état de son microbiote intestinal et son syndrome entéropsychologique. La perméabilité du grêle qui laisse passer les toxines dans le sang et la difficulté de synthèse des nutriments en neuromédiateurs sont des problématiques physiologiques classiquement rencontrées chez les personnes présentant un TDA / TDAH. 

D'ailleurs, de nombreuses recherches sur l’implication de l’alimentation moderne (industriels, sucre, perturbateur endocrinien, trop de glucides (sucre) de mauvaise qualité) dans le TDAH démontrent régulièrement ce lien. Pour n'importe quelle personne, et d'autant plus chez les personnes atteintes d'un TDA / TDAH, l’organisme doit pouvoir puiser l’énergie et les nutriments essentiels à son bon fonctionnement à partir de l’alimentation qui lui est apportée, et non à s’épuiser à tenter de la digérer. 

Concrètement, mon expérience de terrain converge avec les nombreuses études sur lien entre TDA / TDAH et pauvreté du microbiote intestinal. La plupart des enfants ayant un déficit de l’attention et de la concentration ont des difficultés en matière alimentaire. Ils sont d'ailleurs souvent plus attirés par les produits riches en sucres rapides et en amidon, tels que les céréales, chips, frites, maïs soufflé, gâteaux, biscuits, bonbons, pain blanc, riz blanc, pâtes blanches, yaourts sucrés, etc. Ils refusent souvent, les légumes, les fruits, le poisson, la viande et les œufs. Les adultes n'échappent pas à ce sinistre constat. De façon progressive, une véritable réforme alimentaire stricte devra être mise en place.

Autrement dit, pour sortir de la dépendance aux troubles de la concentration et de l’attention TDAH, et améliorer la qualité de vie, un accompagnement personnalisé s'avère incontournable. Des solutions naturelles, viables et pérennes existent. En tant que naturopathe, coach professionnelle et praticienne en médecines complémentaires, je travaille de concert sur les axes suivants :

  • un fonctionnement normal de la fabrication de la chaîne des neurotransmetteurs en traitant les intestins. Depuis quelques années, plusieurs études tendent à démontrer que ces troubles de l'attention viendraient d’un dysfonctionnement au niveau des neuro-transmetteurs (80% de la sérotonine est fabriquée dans les intestins ; la majorité de la dopamine - qui fait tant défaut aux personnes ayant un TDA / TDAH - est également fabriquée dans les intestins) qui aurait pour origine une hyperperméabilité des intestins. La première action à mener est donc de rétablir la paroi intestinale et l’alimentation joue un rôle essentiel dans ce sens. Il est nécessaire à la fois d’éliminer, ou de réduire les aliments qui peuvent lui nuire, tout en apportant les aliments bénéfiques.
  • un apport quotidien en acides aminés. En micronutrition, la L-glutamine est évidemment une alliée de choix, tout comme la L-Thyrosine, le magnésium ou encore les omégas 3 pour ne citer que ceux-là. Plusieurs recherches ont démontré que les personnes atteintes de TDAH présentent des taux sanguins inférieurs en oméga-3.
  • une consommation adéquate de protéines et en acides gras de bonne qualité. Dans l'alimentation, les oméga-3 d'origine végétale se retrouvent dans les graines de lin, de chanvre, de chia qui peuvent toutes être intégrées dans une saine alimentation quotidienne. Du côté animal, ce sont les poissons gras qui en contiennent (le saumon, le hareng, les sardines, le thon...), d'où l'importance d'en consommer de 2 à 3 fois par semaine. Cependant, les meilleurs résultats au niveau cérébral sont obtenus suite à une supplémentation d'huile de poissons gras dans lesquels les oméga-3 sont complets et prêts à être utiliser par l'organisme.
  • un travail de fond sur l'équilibre psycho-émotionnel. Les personnes présentant un TDAH sont souvent des personnes présentant des troubles de l’humeur, des troubles du sommeil, voire des troubles dépressifs. Ce sont des aspects à ne pas négliger pour réussir un accompagnement de façon pérenne. Des solutions naturelles existent : j'ai régulièrement recours à la phytothérapie ou encore à la gemmothérapie en parallèle des outils de coaching. Supplémenter les personnes ayant un TDA / TDAH en vitamines du groupe B et en magnésium (attention à choisir une forme très biodisponible comme du bisglycinate) à haute dose s'avère également incontournable. Près de 95% des enfants TDAH présentent un déficit notable en magnésium. Ce n'est pas étonnant, puisqu'il s'agit du minéral clé du système nerveux qui régule plus de 300 réactions biochimiques dans l'organisme. Le magnésium excelle au niveau de la relaxation. Il est surtout retrouvé dans les légumes verts, les noix, les graines, les légumineuses, et les céréales entières. Malheureusement, les sols en sont de plus en plus appauvris et sa carence alimentaire est devenue fréquente. De plus, la consommation d'aliments transformés, de sucre raffiné et farine blanche augmentent cette carence, puisque ce sont des aliments qui gaspillent les réserves de magnésium en l'utilisant pour leur digestion. Sa déficience cause plusieurs dérèglements dont des symptômes d'hyperactivité, d'hyperémotivité, de stress, d'anxiété, d'insomnie, d'agressivité, d'impulsivité, de confusion, d'irritabilité, de déficit d'attention et de concentration.

La méditation est également un outil de premier choix, tout comme le sport pour s’exprimer et se dépenser.    Les huiles essentielles jouent également un rôle majeur de soutien chez une personne atteinte d'un TDA / TDAH. En revanche, il est  primordial de choisir que des huiles de qualité et biologiques. Certaines huiles comme le basilic et le ravintsare augmentent l'état de vigilance et d'attention. A l'inverse, la lavande vraie et l'orange douce harmonisent le système nerveux tout en réduisant les niveaux de stress, d'anxiété et d'hyperactivité. Un combo gagnant qui vient soutenir toutes les autres actions thérapeutiques citées précédemment. 

Enfin, le recours aux pratiques de médecines complémentaires constitue un levier supplémentaire de choix pour endiguer les symptômes liés à un TDA / TDAH. L'auriculothérapie est une pratique que j'affectionne particulièrement dans mes accompagnements. La kinésiologie intégrée, le massage du ventre, la pratique de soins énergétiques ou encore l'hypnose ont également mes faveurs. 

En conclusion 

Le TDA/TDAH est aujourd'hui expliqué à 75% par transmission génétique. Comme nous venons de le voir,  il s'accompagne souvent de troubles associés par toujours faciles à vivre au quotidien, que l'on soit enfant ou adulte.

Face à cette pathologie, la réponse médicale est fréquemment la prescription de chlorhydrate de méthylphénidate, une molécule de la famille des amphétamines, stimulante du système nerveux central. Les effets secondaires sont pourtant délétères pour la santé. Or, là où la plupart des traitements médicamenteux actuels ciblent davantage les symptômes liés aux troubles du développement de l’enfant, la naturopathie, elle,  va pouvoir intervenir sur l’équilibre général de l’organisme.

Les médecines naturelles constituent ainsi des alternatives de choix et souvent forts simples à mettre en place pour mieux se vivre avec un TDA / TDAH. Synchroniser l’horloge biologique (rythmes du sommeil, des repas et des activités), limiter les toxiques et les allergènes, combler les carences nutritionnelles, prendre soin de son corps et de son bien-être mental, réaménager ses habitudes alimentaires et son mode de vie induisent de profonds changements sur la santé physique, mentale et psychique de n'importe quelle personne. Ceci est d'autant plus vrai pour les personnes atteintes d'un TDA / TDAH. 

Votre naturopathe, coach professionnelle certifiée et praticienne en médecines complémentaires est là pour vous accompagner sur ce chemin. 

 

Eveille-toi à ta santé et à ton soleil intérieur

Céline BERCION, naturopathie, coaching et pratique des médecines complémentaires

Bibliographie

www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22596014

www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22596014

www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedAssociationsBetweenOmega-3andOmega-6ADHD

www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22786509

www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22596014

"Tous hyperactifs ? L'incroyable épidémie de troubles de l'attention" du Dr Patrick Landman

"Hyperactivité, la solution magnésium" du Dr Marianne Mousain-Bosc

"Enfants, tubes à essai sur pattes" : https://www.youtube.com/watch?v=Fs-N0...

"Trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité" avec le Professeur Cheron : https://www.youtube.com/watch?v=c0--D...

BRAVERMAN, Éric. Un cerveau à 100 %, Thierry Souccar Editions, 2007.

Dr DAVIS, William. Pourquoi le blé nuit à votre santé, Les Éditions de l’Homme, Montréal, 2011.

JAY, Joëlle. « Hyperactivité vs Ritalin », La mise en point : votre clé santé, Les Productions Luca, Saint-Hyacinthe, 2012.

LABELLE, Yvon. Les enfants drogués… légalement, Éditions Souffle de vie, Saint-Jérôme, 2004.

LAGACÉ, Jacqueline, Ph. D. Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation, Éditions St-Martin, 2011.

MOUSAIN-BOSC, Marianne. La solution magnésium — Troubles du comportement et de l’humeur : autisme, hyperactivité, épilepsie, dépression, Vergèze : T. Souccar, 2010.

NeoSoi - Céline BERCION

36 avenue Roger Cohé
33600 Pessac


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Envoyé !

Derniers articles

Améliorer les troubles de l'attention TDA / TDAH grâce à la naturopathie

Problèmes gastriques et hélicobacter pylori : fonctionnement et traitements naturels sans IPP, sans antibiotiques et sans huile essentielle

Les 7 signes d'une mauvaise santé intestinale

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.