Dr Céline BERCION / Naturopathe et thérapeute holistique

36 avenue Roger Cohé, 33600 Pessac
 
06 22 75 87 93

Les remèdes du foie : chardon-marie, artichaut et autres merveilles du jardin

10 Déc 2021 NeoSoi - Céline BERCION Naturopathie

Vous souhaitez préparer votre corps à mieux encaisser les excès liés aux fêtes de fin d'année ? Vous voulez une plus jolie peau, une meilleure digestion ou retrouver une meilleure vitalité ? Voici quelques conseils pour chouchouter votre foie.

Le foie est un des plus gros organes de notre corps. C’est aussi le seul organe du corps humain qui a la capacité de se régénérer, même après une importante hépatectomie (ablation partielle du foie).

Organe de l’appareil digestif, le foie joue de très nombreuses fonctions quotidiennes – environ 900 -, dont un rôle fondamental de filtre dans notre organisme. Voici quelques fonctions essentielles qu’il exerce :

  • Il nettoie le sang pour en éliminer les déchets (comme les médicaments par exemple), les toxines et autres déchets ;
  • Il joue un rôle essentiel dans le métabolisme des graisses et des protéines ; il régule le taux de cholestérol permettant ainsi de réduire les risques cardio-vasculaires ;
  • Il gère la réserve de vitamines, nutriments et fer et les diffuse dans le corps en fonction des besoins de ce dernier ; le foie est d’ailleurs un organe majeur en médecine traditionnelle chinoise à laquelle est rattachée l’émotion de la colère ; 
  • En lien avec le pancréas, il régule l’assimilation des sucres nous protégeant ainsi du diabète ou d’une prise de poids anormale ;
  • Il exerce un rôle clé dans le système immunitaire en nous protégeant des agents pathogènes qui entrent dans l’organisme par les différentes voies (sanguine, cutanée, intestinale, etc.)

De fait, on comprend aisément que si notre foie est déséquilibré, alors des troubles du métabolisme hépatique peuvent apparaître. Ces troubles sont souvent sources de nombreux désagréments (acné, fatigue chronique, nervosité, fortes odeurs corporelles, etc.) pouvant aller jusqu’à des pathologies fonctionnelles (hémorroïdes, cholestérol, etc.) ou organiques (cirrhose, etc.).

Si vous sentez que votre foie vous envoie des signes « d’encrassement », je invite déjà à revoir votre alimentation quotidienne en misant sur les règles d’hygiène alimentaire de base : moins de protéines animales, plus de crudités, plus de légumes cuits à la vapeur, diminution substantielle des sources de sucre, etc. Vous ne pourrez pas aider votre organisme à se détoxifier si vous continuez à faire entrer ce qui a contribué à l’encrasser.

Par ailleurs, pour aider votre foie à se régénérer et se purger de tous ses déchets accumulés, il est bon de cibler quelques plantes essentielles et spécifiques pour nettoyer et prendre soin de votre foie.

Chardon-Marie

Les graines de Chardon-Marie sont reconnues pour leur action dans le cadre d’une détox du foie. Elles sont protectrices des cellules hépatiques et favorisent la sécrétion de bile (cholagogues), permettant ainsi d’optimiser le traitement et l’évacuation les déchets. C’est une merveilleuse plante à utiliser :

  • Pour les troubles hépatiques divers, les hépatites virales, stéatoses, cirrhoses, intoxications diverses ou encore les intolérances alimentaires ou médicamenteuses (grâce notamment à sa forte concentration en silymarine) ;
  • Dans le cadre d’une chimiothérapie anticancéreuse (dans l’idéal, à prendre en prévention quelques jours avant)
  • Lorsqu’une surcharge en fer a été décelée lors d’un bilan sanguin ou encore en cas d’hémochromatose
  • Dans les cas de migraines hormonales ou hépatiques
  • Comme antidépresseur nerveux en synergie avec d’autres plantes

Afin de bénéficier au maximum des actifs du Chardon-Marie, je préfère utiliser entre 140mg et 200mg d’extraits secs titrés à 80% de silymarine et 30% de silybine, 1 à 3 fois par jour, ½ heure avant les repas. En cure de 3 semaines à 1,5 mois

Autre alternative toute aussi intéressante : utiliser le Chardon-Marie en teinture-mère ou en extraits hydroalcooliques / hydroglycérinés ; 1 à 2 ml, 3 fois par jour dans un verre d’eau à distance des repas. En cure de 3 semaines à 1,5 mois

Précautions d’emploi :

  • demander conseil à votre naturopathe pour les personnes sous traitement chimiothérapique.
  • déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes

 

Artichaut

L’artichaut est une autre très belle plante aux propriétés dépuratives, hépatoprotectices, cholérétiques (favorise la chasse biliaire vers les intestins) et cholagogues (stimule la production de bile). Il réveille le foie paresseux pour qu’il redouble d’efficacité et évite de se retrouver débordé. On va principalement utiliser les feuilles d’artichaut très riches en cynarine pour :

  • augmenter la sécrétion de bile et son élimination par le foie ;
  • faciliter l’évacuation de la bile de la vésicule vers l’intestin ;
  • protéger et régénérer le foie dans le cadre de paresse biliaire, de lithiases, d’hépatites, de stéatoses ou encore de constipation d’origine hépatique ;
  • stimuler la dégradation du cholestérol en sels biliaires et favoriser son élimination en augmentant la production (cholagogue) et la circulation de la bile (propriété cholérétique) ;
  • inhiber une production trop conséquente du cholestérol au niveau du foie.

Parce que les feuilles ont une amertume très prononcée, je préfère utiliser l’artichaut en extraits secs bien dosés à 2g par jour titrés à plus de 5% de cynarine, aux 2 principaux repas. En cure de 3 semaines.

Plante déconseillée en cas :

  • d’obstruction des voies biliaires (risque de lithiase) ;
  • chez la femme enceinte ou qui allaite.

 

Romarin

Grand classique des traitements du foie, le romarin est particulièrement recommandé pour ses vertus digestives et pour son action positive sur le foie. A la fois cholérétique (stimule la production de bile), cholagogue (favorise l’élimination de la bile) et carminatif (favorise l’expulsion des gaz), le romarin permet de maintenir un bon fonctionnement hépatique. C’est le chouchou des cures détox printemps-automne.

En tisane, je trouve que le romarin est une des plus belles plantes préventives dans la protection hépatique : 3 cuillères à café pour 500ml d’eau. Infuser 10 minutes. A boire sur la journée. Possibilité de cure de 3 semaines.

Pour réguler, régénérer, protéger et tonifier le foie un terrain dysfonctionnel, j’utilise aussi le romarin en gemmothérapie sous forme de macérât glycériné concentré, 7 à 10 gouttes, 1 fois par jour en dehors des repas. Pendant 3 semaines.

Plante déconseillée en cas :

  • d’obstruction des voies biliaires (risque de lithiase) ;
  • de calculs biliaires ;
  • chez la femme enceinte ;
  • chez les personnes épileptiques en cas de surdosage ;

 

Petite centaurée

Plante tonique, cholagogue (qui stimule la production de bile), apéritive et digestive, la petite centaurée est une plante souvent laissée de côté en raison de sa grande amertume. J’aime beaucoup l’utiliser, notamment, dans les troubles hépatobiliaires comme l’ictère ou encore en prévention des lithiases biliaires.  

A utiliser en teinture-mère ou en extrait hydro alcoolique / macérât glycériné : 7 à 10 gouttes par jour en dehors des repas. En cure de 1,5 mois à 2 mois.

Plante déconseillée en cas :

  • d’ulcère à l’estomac ou du duodénum ;
  • chez la femme enceinte ou allaitante ;

 

Gentiane

La gentiane est également une plante de choix pour chouchouter votre foie. C’est une tonique amère, stimulante des fonctions digestives, cholérétique. La racine de gentiane est très intéressante dans les cas de faiblesse hépatique et de constipation chronique.

Parce qu’elle est très amère, on va plutôt l’utiliser en teinture mère ou en macérât alcoolique / macérât glycériné : 5 à 7 gouttes par jour, 10 minutes avant les repas. En cure de 3 semaines à 1 mois.

Plante déconseillée en cas :

  • d’ulcère à l’estomac ou du duodénum ;
  • de gastrite ;
  • chez les personnes très robustes et sans problèmes digestifs.

 

Desmodium

Plante originaire d’Afrique, ses feuilles sont traditionnellement utilisées dans les cas d’hépatites virales aiguës. Hépatoprotectrice, elle est particulièrement efficace dans les cas d’hépatites virales A et B en début de maladie, dans les cas de migraines hépatiques, asthme ou allergies chroniques, fatigues, maux de tête et en prévention des effets secondaires de traitement par chimiothérapie. Elle est vraiment d’une aide précieuse pour drainer les toxiques comme les peintures, les solvants, les médicaments de synthèse et les métaux lourds.

Dans les cas de pathologies hépatiques sévères, prendre en gélules de 5 à 10g d’extrait de feuilles par jour, avant les repas, pendant 2 à 3 semaines.

En prévention classique, prendre en gélule de 500mg à 1,5g d’extrait de feuilles par jour, au moment des repas.

Plante déconseillée en cas :

  • chez les femmes enceintes ;
  • de troubles digestifs (nausées, vomissement, diarrhées) suite à la prise de desmodium

 

Chrysanthellum

Plante originaire d’Amérique du Sud, elle est particulièrement riche en flavonoïdes, favorisant ainsi la microcirculation sanguine et lui confère des propriétés hépatoprotectrices. C’est la plante du « bon vivant », souvent en surpoids, avec du cholestérol et des triglycérides. Cholérétique (augmente la production biliaire) et cholagogue (facilite l’évacuation de la bile vers les intestins), le chrysantellum est particulièrement recommandé pour :

  • les insuffisances de production biliaire, la cirrhose ;
  • les excès d’alcool et les excès alimentaires ;
  • intoxications ;
  • les cas d’hypertcholestérolémie et hypertriglycéridémie ;

A utiliser en gélules : 250 mg de poudre totale par jour, matin et soir. En cure de 2 à 3 semaines.

Précautions d’emploi :

  • Demander conseil auprès d’un professionnel chez les personnes allergiques aux astéracées

Plante interdite :

  • chez les enfants de moins de 6 ans ;

 

Curcuma

Très connu pour ses propriétés anti-inflammatoires, le curcuma est aussi un puissant protecteur du foie. Le curcuma est un aliment particulièrement détoxifiant et protecteur. Son principe actif – la curcumine - stimule les fonctions biliaires et la production de bile, ce qui permet de nettoyer, purifier et débarrasser le foie de ses toxines en profondeur. Anti-ulcéreuse, la curcumine contribue aussi à régénérer et protéger le foie dans les cas de chimiothérapie.

Dans le cadre d’une détox foie : en gélules, 100 à 200mg de curcuminoïdes par jour, au moment du repas et en association avec un peu d’huile pour optimiser sa biodisponibilité. En cure de 3 semaines.

Précautions d’emploi :

  • possible effet irritant de l’estomac en grande quantité ;
  • éviter de prendre de fortes doses en cas de désir de grossesse ;
  • demander l’avis d’un professionnel en cas de prise d’anticoagulants ;
  • demander l’avis d’un professionel en cas d’obstruction des voies biliaires et de calculs.

 

Radis noir

Draineur hépatique, détoxifiant, cholagogue et cholérétique, la racine de radis noir est idéale en cas de boue biliaire. Les glucosinolates, un de ses principes actifs majeurs, agissent en véritable draineur hépatique et urinaire, permettant ainsi à notre organisme de se purifier après un excès.

La racine est à consommer crue.

J’aime beaucoup utiliser le radis noir en jus. Soit en ampoules toutes prêtes, soit en mixant le radis pour en extraire son jus. Maximum 100 ml de jus par jour que vous aurez extrait, à repartir sur la journée. Si vous souhaitez optimiser les effets, prendre la moitié du jus sur la journée et l’autre moitié du jus avant le repas du soir (avec un peu d’huile végétale en cas d’aigreurs d’estomac) dans le jus afin que les actifs persistent dans la bile et contribuent à la fluidifier.

Précautions d’emploi :

  • à proscrire en cas d’obstruction des voies biliaires ;
  • à proscrire en cas de dysfonctionnement thyroïdien ;
  • peut provoquer les troubles gastro-intestinaux, des brûlures ou des aigreurs d’estomac.

 

Pissenlit

L’utilisation des feuilles de pissenlit – très riches en lactones - est plutôt dédiée au foie, tandis que l’utilisation de la racine – très riche en linuline- va plutôt être dédiée comme dépuratif pour les reins. Le pissenlit est cholérétique (augmente la production biliaire) et cholagogue (facilite l’évacuation de la bile vers les intestins) ; il est aussi diurétique et dépuratif. Parce qu’il agit dans la stimulation enzymatique du foie, il est très intéressant de l’utiliser dans les cas d’insuffisance de digestion des lipides et d’obésité. Les feuilles de pissenlit sont également bénéfiques dans les cas d’eczéma, de maladie de peau et d’hémorroïdes.

L’utilisation de ses feuilles en salade est très appréciée.

On peut aussi l’utiliser en tisane : 5g de feuilles dans 150ml d’eau, infuser 5 minutes, à prendre 3 fois par jour. En cure de 1 à 3 semaines.

Dans ma pratique, je préfère l’utiliser en teinture-mère ou en macérât : 2 à 5 ml par jour, 3 fois par jour.

Précautions d’emploi :

  • peut provoquer une hyperacidité gastrique ;
  • ne pas prendre en cas de grossesse et allaitement ;
  • ne pas prendre en cas de maladie cardiaque ;
  • ne pas prendre en cas de maladie rénale ;
  • Ne pas prendre dans les cas d’obstruction biliaire ;
  • Demander l’avis de votre naturopathe en cas d’allergie aux astéracées ;
  • Demander l’avis votre naturopathe en cas de prise d’anticoagulants, antidiabétiques, diurétiques, lithium.

HE Citron – Citrus lemon rutaceae

Préférez l’huile essentielle de citron issue de l’expression du zeste. Riche en principes actifs, l’huile essentielle de citron régénère les cellules du foie, possède une belle action contre les lithiases biliaires et décongestionne cet organe majeur.

Le Citron possède aussi des propriétés diurétiques : il favorise l’activité des reins, pour faciliter l’élimination des déchets dans les urines.

Déposez 2 gouttes d’huile essentielle de Citron sur un comprimé neutre ou une cuillère de miel. Avalez le tout 1h avant le repas, midi et soir pendant. En cure de maximum 2 à 3 semaines.

Précautions d’emploi :

  • HE irritante pour la peau ;
  • HE photosensibilisante.

 

HE de carotte – Daucus Carota ssp maximus apiaceae

Le jus de carotte est connu pour ses propriétés hépato-protectrices, diurétiques et de drainage des toxines.

L’huile essentielle de carotte issue des graines. Elle possède des propriétés hépato-protectrices et hypocholestérolémiantes très intéressantes dans le traitement d’une détox hépatique pour les personnes présentant un syndrome métabolique. Par ailleurs, l’HE de carotte possède des propriétés anti-oxydantes du fait de sa richesse en sesquiterpénols.

Déposez 2 gouttes d’huile essentielle de carotte sur un comprimé neutre ou une cuillère de miel. Avalez le tout 1h avant le repas, midi et soir. En cure de maximum 2 à 3 semaines.

Précaution d’emploi pour l’HE de carotte :

  • déconseillée aux enfants de moins de 6 ans ;
  • déconseillée au femmes enceintes ;
  • irritante pour la peau ;
  • présente de possibles risques de photosensibilisation.

 

HE de Menthe Poivrée

L'huile essentielle de menthe stimule les sécrétions du pancréas, du foie et de la vésicule biliaire. C’est l’amie des digestions difficiles, des troubles fonctionnels d’origine hépatique et de l’insuffisance pancréatique. C’est aussi l’amie des repas trop copieux. Elle stimule la digestion, tonifie le foie et purge le foie, notamment grâce à la menthone qu'elle contient, une cétone présente entre 10 et 40% selon l’huile essentielle utilisée. 

Déposez 2 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée sur un comprimé neutre ou une cuillère de miel. Avalez le tout 1h avant le repas, midi et soir. En cure de maximum 2 à 3 semaines.

On peut aussi utiliser les feuilles de menthe poivrée en tisane : 15g de feuilles par litre d’eau bouillante (80-85 degrés). Laisser infuser 10 minutes. Prendre 1 tasse 45mn à 1h après chaque repas en cas de troubles digestifs et de fatigue générale.

Précautions d’emploi :

  • HE neurotoxique à hautes doses : ne pas utiliser chez l’enfant de moins de 30 mois.
  • Utilisation déconseillée chez l’enfant de moins de 6 ans ;
  • Risque d’arythmie
  • Ne pas prendre dans les cas d’obstruction biliaire ;
  • Ne pas prendre en cas de grossesse et allaitement ;

 

Pour conclure :

Je viens de vous livrer quelques-unes de mes plantes favorites pour le foie. Elles permettent de retrouver santé et vitalité optimales.

Pour optimiser les résultats, il est vivement conseillé d’utiliser une synergie de plusieurs de ces plantes (la posologie pour chaque plante présentée précédemment sera alors à adapter, de fait). J’aurais pu rajouter la fumeterre que je propose bien volontiers également (sauf pour certaines de mes clientes qui ont une sensibilité gustative trop prononcée, hihihi).

La phytothérapie, comme n’importe quelle médecine, ne saurait soigner toutes les affections. En revanche, elle est une alliée précieuse dans de nombreux cas, à commencer par les affections du foie. Les plantes peuvent être utilisées sans danger à condition de bien les choisir, de bien se renseigner sur leur qualité de production, de bien les doser et de bien les utiliser. En cas de doute, prenez conseil auprès de votre naturopathe.

Après votre cure « détox » hépatique, pensez aussi à utiliser des plantes qui soutiennent l’élimination des toxines par voie rénale.

Et un dernier conseil : lorsque votre organisme est détoxifié, pensez bien sûr à rétablir le bon fonctionnement de votre organisme afin de renforcer votre terrain en apportant des minéraux comme le zinc (sous forme bisglycinate), le magnésium (sous forme bisglycinate) ou encore des vitamines du groupe B (pour notamment relancer la méthylation), pour ne citer que les celles-là.

NeoSoi - Céline BERCION

36 avenue Roger Cohé
33600 Pessac


Articles similaires

Derniers articles

Les remèdes du foie : chardon-marie, artichaut et autres merveilles du jardin

Le faux self chez les hypersensibles / HPI

L'eucalyptus, ce précieux allié pour mieux respirer

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.